La côte Pacifique Costaricaine

DOMINICAL – MANUEL ANTONIO – JACO – le soleil, la plage, le surf

Dominical

Allez, on s’est bien régalés à la Montagne, un peu de grisaille et naturellement l’humidité de la Cloud Forest, alors on va un peu se dorer la pilule au soleil sur la côte Pacifique.

On quitte le Mont Chirripo et plus on descend, plus il fait beau, on la route est plutôt agréable et la chaleur du Pacifique se fait très vite ressentir.

On arrive à Dominical, ancien village de pêcheur qui fait penser à un surf camp à ciel ouvert. La ville est très petite et s’étend le long de l’océan. Les rues n’ont pas de revêtement, presque toutes les bâtisses sont de plain pied.

Sur la plage, sous les cocotiers, quelques surfeurs font du camping sauvage.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Campeurs à en attente de la vague

 

Par chance, nous sommes en basse saison, donc, tout comme sur la côte caraïbe, c’est calme, presque personne, plages désertes et de belles vagues consistantes. Les meilleures sessions sont entre 6h et 9h du matin.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Célia a trouvé notre pied à terre via Air BnB, chez Billy, il s’agit du concierge d’une maison de grand standing appartenant « à un riche américain qui vient de temps en temps » et lorsqu’il n’est pas là, Billy se charge de louer soit des chambres à l’unité, soit pour des évènements, tel que pour des mariages.

La Maison se situe sur les collines qui dominent la ville de Dominical et donc l’océan, à seulement quelques minutes de la plage.

Heureusement que l’on avait le Jimmy 4X4, car pour arriver jusque chez Billy, il fallait grimper une pente sérieusement raide.

Cette maison, c’est franchement un truc de dingue, surtout que la chambre est en réalité une partie de la maison.

Seule la salle de séjour, la cuisine, la grande terrasse et la piscine à débordement avec vue sur l’océan sont les parties communes. On est presque complètement autonome avec notre propre terrasse qui donne également sur l’Océan.

Le point encore plus positif, c’est que la nuit est à 37 dollars, soit bien moins qu’une chambre formule 1 en banlieue parisienne.

DCIM100GOPRO
Vue depuis la piscine
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La cuisine
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le salon

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Pour aller à notre chambre
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La piscine

C’est vraiment idéal.

C’est d’autant plus sympa que l’on est au milieu de la jungle, il y a plein d’animaux et d’insectes, sans compter les geckos qui se chargent des moustiques.

C’est d’ailleurs ici que l’on a vu nos premiers toucans et rien que ça, c’était vraiment trop bien car ils étaient super proches.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On a aussi vu un paquet d’iguanes, dans les arbres, sur les routes et les chemins.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dès le lendemain, location de la board, un bon petit fish 5’5 et à l’eau, première session J.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il est 7h30, l’eau est super chaude, les vagues assez costauds, la barre est bien tendue, ça tabasse.

Quelques bonnes vagues, quelques belles roustes aussi, mais un bon gros smile.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les locaux à l’eau sont bien sympas, tu dis bonjour, ils te répondent « Pura Vida », ça te mets dans le bain.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Après ces trois jours on reprend la route direction Manuel Antonio.

 

Manuel Antonio

 

Manuel Antonio, c’est LE Parc à visiter au Costa Rica, d’après notre guide car c’est ici qu’il y a les plus belles plages.

Le revers de la médaille, c’est qu’il y a un gros afflux de touristes mais également de Costaricains.

Pour le coup, on l’a bien senti, la vie est un peu plus chère, les établissements aguicheurs plus nombreux, les backpackers avec un faible rapport qualité/prix.

On a dormi dans une chambre près de l’entrée du parc, le PARADISE ; il n’en portait que le nom, la chambre était moyenne et suffocante, matelas humide et pas d’eau pour les douches…

On s’est réfugié dans un resto assez original, EL AVION, on a vu un super coucher de soleil sur l’océan, en sirotant une (des) caïpi(s) et autres cocktails…

Photo 132061

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Et on a fini dans La carlingue de l’avion.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Un p’tit dernier pour la route

 

Le Lendemain, direction le parc qui est pris d’assaut, alors pour voir des animaux, c’est un peu compliqué. On y est tout de même parvenu, on s’est baigné sur une belle plage idylique (plamiers, rochers, sable blanc de la plage en demi lune, eau super chaude. Un a passé un bon moment).

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
un Aguapi !
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Un raton laveur

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
arrivée sur la plage de Manuel Antonio

OLYMPUS DIGITAL CAMERADCIM100GOPRO

Mais il fallait constamment surveiller les affaires à cause des « pickpockets ».

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
coquin va

Ceux qui sévissent sur la plage sont peu effrayés et assez insistants, il s’agit des singes et des ratons-laveurs.

Si t’est pas attentif, ils te piquent ton sac pour y chercher de la nourriture et avec un peu de chance tu les vois le vider du haut des arbres ou dans un coin tranquille loin de la plage.

En tout et pour tout, on a du rester 36 heures à Manuel Antonio, ça nous a pas trop plu, trop de monde, trop d’établissement, trop de tout, alors que jusque là on était dans une ambiance très calme, très nature, c’était un peu trop d’un coup…

On a donc filé à JACO, bon spot de surf, pour profiter encore un peu de la côte Pacifique avant de retourner dans les montagnes, à MONTEVERDE.

Jaco

Spot de surf réputé du Costa Rica, mais c’est aussi la plage la plus proche de SAN JOSE la capitale (un genre de Palavas-les-Flots pour les Montpelliérains ;-)).

Photo 142241

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
playa Hermosa, à coté de Jaco

C’est donc assez construit et assez touristique, mais à la différence de Manuel Antonio, en basse saison, les flux de touristes se ressent bien moins.

On a trouvé un backpaker, le JACO’INN HOSTEL, tenu par des surfeurs qui louent des boards achetées ou qu’ils ont shapées, ils ont également ouvert une école de surf.

Du coup, dès le lendemain session à Playa Hermosa, spot aussi réputé pour la consistance des vagues, avec sous le bras une bonne petite 5.10’’x20’’x2.5’’ (très sympa !), marque EPIC, apparemment c’est un ancien shaper de chez AL MERRICKS.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Comme a Dominical, les gars à l’eau étaient super sympa, avec un bon niveau. C’était là aussi bien bon, malgré un courant assez fort qui demandait de beaucoup ramer pour se positioner.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Après cette dernière session au Costa-Rica, on a pris la route pour MONTEVERDE.

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “La côte Pacifique Costaricaine

  1. Ah ben voilà ! des photos de belles vagues et de Pierre en train de surfer !
    J’aime bien les photos de la forêt tropicale aussi … ça me fait penser à Tarzan dans la jungle, avec toutes ces lianes … !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s