San Christo – le break –

Bienvenue à San Christobal de las Casas !

Une ville où l’on se sent bien !

Si bien que nous avons décidé d’y faire notre première pose de plus de 3 jours : 5 jours sur place, à ne RIEN FAIRE !

Un truc de dingue !

San Christo (on va l’appeler comme ça, c’est plus court) c’est plein de belles églises, des belles rues coloniales, des petits marchés, pleiiiiin d’artisanats trooop beaux, des petits cafés et un resto argentin de dingue.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
la rue principale

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
pose itinéraire dans un café

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
le place de l’église
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
une vendeuse de rue
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
les intérieurs d’église tout en or
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Hummm! on a pensé fort à Iris ici !

On s’est régalés de déambuler dans ces petites rues, et de s’exclamer à chaque tienda  «  wahou, c’est trop beauuu »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
le marché

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Du mais en brochette, ça vous dit?
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
ou une mangue sur bâtonné minute ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il y avait plein de chose à faire autour de la ville (canyon, marche, vélo…) mais on a préféré ne rien faire : )

Après s’être régalé d’une soupe pozole, nous avons gravit une petite colline, avec en haut une église. Sans le savoir, San Christo est déjà à 2000 mètres d’altitude, on a senti la montée!

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

San Christo a aussi un côté plus « underground », avec graff,  et revendications zapatiste sur la condition des femmes au Mexique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Le dernier jour, on a pris un taxi guide « perso » pour aller dans les petits villages de tisserands. J’attendais ce moment depuis longtemps. Et pour ne pas faire partie d’un tour, un guide perso, c’était beaucoup mieux.

Il nous a expliqué que ces petits villages ont leurs couleurs propres. Comme ici, le violet, ou on a pu rencontrer une jeune femme qui faisait elle même les broderies. Mais aussi des formes et des motifs différents pour chaque hauts. Tous les hommes portent une sorte de top violet brodé à fleur et à pompon! Les femmes, elles, portent un hauts droit, brodé uniquement autour du col. Pour la jupe, c’est un grand tissu tout brodé et lourd, tenue par une grosse ceinture. La ceinture tient donc à la fois la fin du top et la jupe.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
A la sortie de l’église
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
la classe ou bien?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
gros plan des broderies des tenues des hommes

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
la robe de mariée traditionnelle du village

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Des affiches politiques aux pubs, tout se peint aux murs au Mexique
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
notre « guide taxi »
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
cimetière, avec une branche de pin et des pompons colorés pour chaque tombe

Puis on est allé dans marché ou plusieurs femmes se sont regroupées afin de vendre leurs tissus, vêtement, ou petites pochettes. On trouve beaucoup de coopérative de tisserand dans cette région, car tous les villages sont assez éloignés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
petite église en bord de route
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Eglise d’un village
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
soupe de maïs chaude et maïs fourré à la viande

Les femmes font vraiment ça à l’ancienne : elle sont à genoux par terre, à côté d’un poteau d’ou partent les fils de tissages. Des bouts de bois ou tuyaux font le reste.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis elles brodent les motifs. Pour certains tissus, il leur faut 1 semaine. ( comme sur la photo, à droite)

Ces petits villages ne sont pas trop ouvert aux touristes, et nous n’avons pas été super bien reçu. Elles ne voulaient pas se laisser prendre en photos et nous regardaient d’un œil méfiant.

Pourtant, ce sont de belles femmes, en habit traditionnel. Ce que j’ai beaucoup aimé, c’est leurs coiffures : deux longues tresses regroupées par un gros pompon de couleur en bas.

Au bout de nos cinq jours, bien reposés, on a reprit la route, pour un tout autre paysage : sec et aride, direction Oaxaca !

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s