Le Fitz Roy

(Merci à julien pour sa contribution à la rédaction de l’article, en italique)


Nous quittons la charmante bourgade d’El Calafate pour prendre la direction d’El Chalten et de son fameux Fitz Roy.

Contrairement à nos contrées européennes, l’utilisation d’un GPS n’est pas forcément nécessaire tellement la route est simple à suivre car en fait … il n’y a qu’une seule route ! la célèbre Ruta 40 !

Le paysage qui défile devant nous est unique, assez désertique mais avec en arrière-plan les sommets enneigés de la chaîne montagneuse. Un contraste intéressant qui, en plus de l’immensité du paysage, donne un certaine beauté au lieu, une beauté désolée. Un peu à l’image du film Bagdad Café que j’ai revu récemment… Nous nous sommes d’ailleurs amusés à tourner une séquence où j’abandonnais mes compagnons de route en plein désert, partant au volant de la voiture dans un nuage de poussière… séquence qu’il faudra passer en accéléré pour donner un peu plus d’effet à la scène…car l’effet départ arrêté dans un nuage de poussière n’est pas l’apanage de notre brave Chevrolette… !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
notre brave Chevrolette
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Au loin, le petit pic, c’est le Fitz Roy

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On se sent vraiment minuscule tellement on a l’impression d’être seul au monde, mise à part la route goudronnée, il n’y a pas âme qui vive à des kms à la ronde, aucune trace d’activité humaine, c’est un sentiment de liberté assez plaisant finalement. Seuls quelques troupeaux de Guanacos gambadent gentiment alors qu’un de leur comparse, moins chanceux, se fait becter par un rapace imperturbable… C’est vraiment la Pampa !

IMGP0060

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
dommage

 

 La route, de bonne qualité, enchaîne de longs lacets à travers les plaines. Au détour d’un virage, d’une côte, la nature n’arrête pas de nous en mettre plein la vue, car même si la palette de couleur varie peu, les nuances ocres des plaines s’étalant à perte de vue en impose vraiment. On aurait qu’une envie : prendre son élan et planer au-dessus de ce doux relief. Mais notre Chevrolette, au comportement très incertain passé 130 km/h, nous ramène vite à la réalité.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
on y est presque

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le paysage se verdit, les nuages s’amoncellent à l’approche des montagnes : nous arrivons à El Chalten. On y trouve le fameux FITZ ROY, un pic aiguisé comme une lame qui culmine à 3405 mètres, dominant un petit glacier et un lac d’altitude.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

El Chalten est encore plus petit qu’El Calafate. Autant Calafate paraissait accueillante avec ses faux-airs de station alpine, autant El Chalten apparaît bien plus désuet malgré l’environnement exceptionnel qui l’entoure. Il faut dire que le temps grisâtre ne met pas en valeur la petite ville qui semble bien isolée et qui ne fonctionne qu’au bon vouloir des générateurs électriques. La population est un peu plus « roots » et les supermarchés présentent des produits pas très engageant, que penser de la viande « fraîche » qui subit les coupures d’électricité des générateurs. Après tout ça serait dommage de tomber malade au pied du Fitz Roy pour un mauvais morceau de barbaque, d’autant que le planning est serré et ne laisse pas de place à l’imprévu. On reste donc prudent et on se rabat sur des valeurs sûres : pâtes, légumes et … vin.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
El Chalten


Quoi qu’il en soit l’accueil est convivial et on a vite pris nos marques à EL CHALTEN, dans un petit chalet confortable, sélectionné par Julien (Merci Juju !).
La ville est vraiment toute petite alors que le parc LOS GACIARES semble attirer un assez grand nombre de visiteurs.

Histoire de nous échauffer un peu, on s’est fait une petite marche en fin d’après midi, pour avoir un premier point de vue sur le pic.

Une petite balade de quelques heures, qui nous a permis de commencer à nous ajuster pour les trecks à venir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cette partie du parc nous a enthousiasmé !

De grands espaces, de beaux panoramas, une nature luxuriante qui nous fait dire que les lieux auraient pu servir de décor au tournage du Seigneur des Anneaux !

Car au bout de 2h de marche, nous apprécions, entre deux passages nuageux, un très beau premier aperçu du FITZ ROY !

L’impatience commune de nous en approcher davantage était palpable. Tout en gardant espoir que le temps se dégage.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Encore un glacier au loin

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Le moral étant au plus haut, on a pas hésité à fêter ça le soir même au chalet, autour d’un bon repas accompagné de vin. On mesure alors tout l’avantage de louer un chalet plutôt qu’une chambre d’hôtel : on prend le temps de préparer le nécessaire pour le lendemain ainsi qu’un bon repas. On en profite également pour faire péter la bouteille de Champagne ramenée par Jean Ju.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Youhouuuu !!
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Salute!

Finalement on a peut-être un peu poussé le(s) bouchon(s) alors que le lendemain on avait une longue marche…

Le réveil a tout de même été plutôt facile (Surtout julien, très souvent le premier levé)

Allez, on vérifie les sacs, on a pas besoin de grand chose, sinon du produit solaire, les lunettes, du chaud, du froid, de l’imperméable, des sandwichs et de l’eau. On met le nez dehors et là, miracle des dieux, le soleil brille dans un ciel dégagé sans nuages à l’horizon.

On parcours à peine 500m. et on dépose la voiture au parking. Un grand panneau à l’entrée indique les différents itinéraires. Un garde forestier nous indique les quelques règles à suivre au sein du parc (interdiction de fumer, respect de la nature, déchets…).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
C’est parti pour 8h de marche !

La boucle que l’on avait prévu de faire était un peu ambitieuse… en effet cela aurait impliqué une marche de 11 ou 12h… On s’est donc fait à l’idée de devoir raccourcir le parcours.

C’est parti !!!!

Ca grimpe doucement, c’est gentillet, mais on prend vite un peu de hauteur et on a assez rapidement des panoramas sympas. Le temps sublime y joue aussi pour beaucoup, les couleurs sont magnifiques.

Au début, c’est une petite forêt de conifères, puis un terrain découvert qui longe des monts rocheux. Les sentiers sont plutôt bien entretenus et c’est suffisamment balisé.

On arrive à maintenir un rythme qui convient à tous. Julien est en forme, il ouvre la marche.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Premier stop

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA
Et puis soudain, il est là. Il éclate sous nos yeux ébahi : Le fameux mont Fitz Roy!! Wouha! il est magnifique!  On apperçoit également un glacier le sur côté, presque en suspension. Mais surtout, on sait qu’il nous reste un long chemin à parcourir!

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

 à partir de là nous allons nous sentir bien moins seuls… au fur et à mesure que l’on s’avance parmi ce paysage qui impose une certaine sérénité, un brouhaha désagréable se fait entendre : « bla bla bla on the one again… » pas de doute ce sont des ricains, plus précisément 3 jeunes américaines accompagnées d’un jeune homme pour le coup très silencieux (probablement déjà saoulé…). Le niveau sonore est hallucinant, je ne comprends pas qu’on puisse parler aussi fort et aussi longtemps et pour ne rien dire de très intéressant en plus ! Vraiment sans gêne 

Pour rigoler, caressant l’espoir qu’elles comprennent notre message subliminal, on a essayé de parler aussi fort entre nous. Mais c’est mission impossible, on ne tient pas, c’est trop épuisant ! Comment font-elles ?

On les laisse nous dépasser.

Comme on a le vent dans le dos on ne devrait plus les entendre (il a fallu attendre un moment tout de même!)

On poursuit et on croise un couple de français qui gentiment nous avertissent : « N’allez pas trop vite, il y a 3 filles qui parlent trop fort, pas moyen d’apprécier la ballade…. »

Bon, ben n’en dites pas plus, on a eu le même ressenti 😉

Notre marche continue avec, toujours en toile de fond, les pics acérés blanc.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Toujours agréable de boire directement à la source!

On passe quelques paysages variés, forêt, rivière, belles étendues ; puis on débouche sur un genre de petit marais avec des passerelles en bois avec le Fitz Roy en toile de fond c’est super joli. On aperçoit alors un type presque accroupi par terre en train de prendre des photos « Qu’est-ce qu’il trafique ce type ?! » Il s’en va et on remarque qu’il prenait des photos à travers une flaque d’eau dans laquelle se reflétait le Fitz Roy, effet visuel garanti pour des photos qui déchirent ! Merci l’ami ! 

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA


Le chemin devient sinueux, on contourne des petits lacs dans ce qui ressemble à une petite vallée, qui résonne… au son des 3 filles qui parlent toujours aussi fort…

C’est hallucinant!

Vers 11h, on dépasse le camping qui est au pied de l’ultime montée qui mène au FITZ ROY.
On remplit nos bouteilles à la rivière, le soleil est presque au zénith, il fait chaud et on réalise que le petit sentier sinueux qui monte sévèrement devant nous est celui que l’on apercevait ce matin…800 mètres de dénivelé et vu d’en bas on a l’impression que ça grimpe à 90° ! c’est le moment pour JeanJu de vérifier la qualité de ses chaussures et les bienfaits de ses cours de boxe commencé 2 mois aupravant !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
regardez bien, on apperçoit le sentier sinueux à gauche


C’est pas pour nous réjouir, car il a l’air très pénible, de gros rochers mais surtout des plus petits qui roulent dès que l’on pose le pied dessus histoire de se fouler la cheville très facilement, de grosses marches et surtout un soleil de plomb, sans un brin d’ombre, ni un brin d’air.

Allez, on amorce et en effet, c’est bien pentu et aussi difficile que ce que l’on craignait.

On fait un peu plus de pauses, on boit davantage. Un bon entraînement cardio est indispensable pour pouvoir assurer la montée. JeanJu apprécie donc grandement ses entraînements de boxe.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
la montée de l’enfer

 C’est assez rude, ça devient étroit, c’est assez éprouvant, mais plus on monte et plus la vue est superbe sur les environs.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
On a commencé tout là bas au fond!

Paradoxalement, on n’aperçoit pas le pic, qui doit être un peu en retrait après cette montée infernale.

On tient le coup jusqu’en haut.

Mais, surpriiiiise, c’est pas fini !

Il y a encore un bon bout de chemin pour arriver jusqu’au pic que l’on voit à nouveau; ça continue à grimper. Un peu moins violent, mais le terrain est aussi difficile, car il y a de gros éboulis avec des grosses pierres instables qui forment le seul chemin étroit.
Ensuite, il n’y a plus vraiment de chemin pour la dernière ascension.
La dernière montée est la pire, le terrain est vraiment instable et ça craint pour les chevilles.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
la dernière partie à montée

Finalement, il semble qu’il y ait plus de monde que ce que l’on imaginait.
Mais le site est vaste et les petits points et silhouettes n’enlèvent rient à la vue superbe qui nous est offerte.
Le lac en contrebas est bleu opaque ; au pic d’une paroi rocheuse gris-souris laquelle est surplombée par une épaisse couche de glace qui conduit au Pic. Les couleurs sont très uniformes, chacune des parties, eau, roche et glace ressortent très nettement, bien mis en valeur par un ciel bleu dégagé de tous nuages.
La vue est magnifique, nos efforts sont récompensés. On meurt de faim !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
la lac du Fitz Roy
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
et son glacier

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

IMGP0015

On s’installe pour prendre enfin un déjeuner bien mérité! Quel paysage et quelle quiétude, malgré le nombre important de personnes, le sites est assez vaste pour s’assurer un coin tranquille pour déjeuner et se reposer après une telle montée…

Il est vrai que l’on pensait bien se baigner, mais l’eau était tout de même bien froide…On appréciera tout de même y tremper les pieds.

Aspect qui n’a pas refroidi tout un groupe de jeunes étudiants, au bas mot entre cinquante et cent, arrivés tel un éléphant dans un magasin de porcelaine : adieu quiétude, ils arrivent, se dessapent et hurlent littéralement en jouant dans l’eau… pas besoin de tendre l’oreille pour s’apercevoir qu’ils sont… je vous le donne en mille : American citizen ! alors oui je sais ma remarque m’a fait prendre un coup de vieux, teinté de racisme anti-US mais leur comportement était vraiment abusé, il aura fallu attendre un peu que leur chaperon leur dise de la mettre un peu en sourdine… je sais pas, mais le comportement « sans-gêne » des Yankee dénote vraiment avec ce lieu.

On part faire l’autre côté du lac.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Sous nos pied, au autre lac glaciaire
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
il n’a a aucun trucage sur la couleur de l’eau!

La digestion presque passée, on a amorcé la descente, moins fatigante, mais assez pénible sur les deux premiers dénivelés avec un sol très instable et très pentu.

Les doutes que nous avions eu le matin se sont confirmés, le parcours envisagé était trop ambitieux. On  a du renoncer à réaliser une partie de la boucle pour rejoindre des petit lacs.

Sans regret, l’essentiel était là, le FITZ ROY majestueux illuminé par un soleil éclatant !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Adios Amigos

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Encore une superbe journée !

Résultat des courses :

  • 9 heures de marche pour faire l’aller-retour
  • L’équivalent de 250 étages montés et environ 30 kms au total
  • 1er vrai trek pour JeanJu, éprouvant mais facilement réalisable avec un bon entraînement préalable.
  • Aucune ampoule au pied
  • Bronzage agricole assuré
  • Relations diplomatiques compliquées avec nos amis américains

 

Publicités

2 réflexions sur “Le Fitz Roy

  1. Et encore un voyage d’altitude gratuit pour les octogénaires !
    Et pas une seule ampoule aux pieds (ni aux mains …)
    Voilè , nous avons rêvé une petite heure ….
    Merci les enfants !!!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s