Helpx en Polynésie

Aaaaahhh la Polynésie!!! Alalala… on pourrait juste vous mettre des photos et déjà vous auriez l’impression d’être parti avec nous!

Oui, la Polynésie est bien le pays le plus cher de notre tour du monde! Tous les planificateurs de budget l’affichait très clairement :

budget minimum : 1090€ la semaine

Whaw… c’est pas pareil que l’Indonésie à 260€ !
On y reste? On y passe juste? On a longtemps hésité.

Mais quand même, t’es sur l’ile de Pâques, tu pars en Nouvelle Zélande et tu ne t’arrêtes pas en Polynésie?  Allez, on opte pour seulement 10 jours. On aura le temps de faire 2, 3 îles.

Puis pendant le voyage, on réfléchit… mais attend, Pierre a des copains sur place? Ou des copains qui y ont habités? On pourrait leur demander conseil pour des bons plans! Ah et puis on pourrait trouver un helpx, ça avait bien marché en Patagonie!  Ni une ni deux, on envoie plein d’ emails.

Le résultat ? On y est resté 1 mois! On a trouvé un super Helpx perdu sur la petite île de Tahaa, chez Pierre et Léa. On pourra aussi rester chez Daniel et Vivianne (les parents du compagnon de la cousine de Pierre !!) par ailleurs notre ancien boss de Flunch (oui oui là ou on s’est rencontré!!) Et chez et Laurent et Lys, des amis de Pierre. On est trop content! Ça va être génial de visiter ces îles avec des gens qui les connaissent!

Mais je vous parle d’îles mais vous ne savez peut être pas de quoi il s’agit! Comme tout le monde vous avez entendu parler de Bora Bora, de Tahiti, des îles sous le vent… vous avez une image de belles plages, d’un hôtel sur pilotis mais pas plus?
On va vous montrer tout ça.

sonhistoire5

Nous, on aura juste le temps de visiter quelques îles de l’archipel de la société.

On arrive à Tahiti vers 1h du matin. Par soucis de commodité, j’avais pris un hôtel près de l’aéroport, et qui s’est aussi avéré être le moins cher de Papeete, juste 63 euros. Après une course en taxi de 20euros, le ton était donné : oui, la Polynésie c’est cher.

Le lendemain, on devait à tout prix trouver un moyen pour aller à Tahaa, chez nos hôtes helpers. On avait déjà donné des dates à tout le monde, on ne pouvait pas commencer à tout changer. Mais d’abord on voulait faire un aller retour à Moorea, pour déposer pas mal d’affaires (d’hiver, de Patagonie!)  Chez Daniel et vivi.

On part se renseigner sur les cargos, ou Goélette, ces navires de marchandise qui desservent les îles. Je m’étais déjà renseignée sur leur parcours, leurs dates de départ etc .. Cependant, une fois sur place on a appris que ça serait plus compliqué. Déjà, celui qui était sensé partir le lendemain matin et qu’on pensait prendre avait levé l’ancre la veille . Ok… le mec de l’hôtel nous sort les horaires des bateaux et nous les tend avec un air  » de toute façon, vous ne les aurez jamais ».

On part donc directement au port, là d’ou partent ces bateaux  pour se renseigner.

20e de taxi. Ok.

Sur place, on nous dit qu’il n’y a jamais de place sur ces bateaux pour les touristes car elles sont réservées aux agriculteurs locaux. Mais qu’on peut toujours tenter le coup, et venir tous les jours à 14h pour voir s’il y a de la place. Hum.
On calcule rapidement: dormir chaque nuit à 60 euros plus 20e de taxi allé 20e de taxi retour (l’hôtel est loin du centre ville et les transports en commun sont quasi nul) juste pour voir si on peut prendre un bateau risque de chiffrer très rapidement. Chaque nuit ici nous fait perdre une nuit sur l’île de Tahaa, chez nos helpers. Il faut se décider.

Pour voir, on rentre tout de même dans la boutique d’Air Tahiti. On sait jamais, une réduction de dernière minute? Mais non, le prix reste le même : pour un pass inter île, le plus petit, c’est toujours 260e. Ptin ca fait c***quand même! En plus, tout est fait pour que les touristes soient obligés de le prendre. Ça serait tellement plus simple avec plusieurs bateaux… mais bien sûr, Air Tahiti n’est pas de notre avis et compte bien profiter de son monopole.

L’hôtesse, fort sympathique, se propose de nous faire notre parcours inter îles, juste pour voir. Déjà, dès la première île, ce n’est pas possible: les vols sont pleins sur 5 jours! C’est le week end de pâques puis les vacances! Aaah donc en plus de n’être pas sur de prendre le bateau, on n’est pas sur de pouvoir prendre l’avion n’ont plus??? On commence franchement à paniquer. L’hôtesse nous élabore alors un plan: au lieu de partir directement à Tahaa, on pourrait aller d’abord à Bora Bora, passer une nuit et de là, prendre un vol pour Raiatea. Ensuite on repartirait de Raiatea pour Huahiné et de cette île jusqu’à Mooréa. En fait c’est la seule solution. Mais passer par Bora implique changer de pass inter île et prendre celui à 350. Soit 700 euros à débourser, comme ça, juste pour visiter la Polynésie. Vu la période, il est possible que d’ici le lendemain, certains de ces vols soient complet. Alors elle nous pré réserve le tout et nous dit: dans 1/2 heure les billets seront perdu. Dites moi avant si vous voulez que je les confirme.

C’est la panique!
Et bien sûr, on les a pris.

De là, branle-bas de combat! Il faut retourner à l hôtel chercher nos affaires (+ 40e de taxi a/r) et prendre le ferry pour Mooréa. On a deux heures devant nous, on arrive facile au quai. De la 45 petites minutes nous amène chez Daniel et Vivianne. On quitte Tahiti avec le couché de soleil derrière Mooréa, c’est magnifique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Mooréa dans les nuages

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vivianne et Daniel sont super accueillant, on passe la soirée à papoter et à bien rigolé.

Le lendemain matin, direction Bora Bora. Prendre le pass inter île signifie aussi prendre plein de fois des petits avion à hélice. Super…  mais très vite, ma peur se dissipe : le paysage est juste extraordinaire .

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

On pense au dessus de Raitéa et Tahaa:

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Raiatea
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
le lagon de Raiatea

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’oublie tout en arrivant à Bora, qu’on contourne entièrement. On peut voir le lagon, les hotels sur pillotis et le majestueux pic montagneux au centre. Mon dieu, j’ai vu tant de photos de cette île, et maintenant, je le vois de mes propres yeux!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
BoraBora!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les hôtels de luxe

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On atterrie sur un motu et on attend la navette pour nous amener sur l’île ou j’avais trouvé le matin même une petite pension pas trop chère .
Wahouuu, rien que sur le bord de l’aéroport, c’est sublime. Je n’ai jamais vu une eau de cette couleur. On en a mal aux yeux! Les lunettes sont de rigueur! On est vraiment hyper excités d’être là. A Bora. En Polynésie. « Ptin mais vous vous rendez compte?? On est à l’autre bout du moooonnnde!! On est à Boorraaaa!! Aaaahhh!! »
voilà ce que me crie mon cerveau, complètement hystérique!!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
l’aéroport de Bora
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
première vue sur le lagon

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La pension est vraiment pas mal, certes, on reste dans le village mais on a un super balcon, une chambre et une salle de bain perso, s’il vous plait!

Deux kayaks nous attendent tranquillement. On part explorer le petit motu en face. Bof, on est pas dans le meilleur coin de Bora, c est le chenal où passent tous les gros bateaux de croisière… on n’a pas le temps d’arriver jusqu’au motus, une averse de dingue arrive vers nous. On a juste le temps de rentrer.

DCIM100GOPRODCIM100GOPRODCIM100GOPROOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le lendemain, on reprend l’avion, pour Raiatea, puis un bateau pour Tahaa.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
un motu

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les deux iles ont le même lagon. L’île de Tahaa fait partie des îles les moins connues. Un seul gros complexe hôtelier. Elle est toute calme, sans bus, sans navette, sans rien quoi… Dans le bateau, on se met à papoter avec une mamie. Elle nous demande où on va, dans quelle pension. On lui répond chez des amis, Pierre ( seul nom qu’on connaissait) . De là, tout le bateau se met à se parler, pour savoir qui connait Pierre. On ne sait pas grand chose, juste qu’il faut tourner à gauche au débarcadère puis tourner après le petit ruisseau à droite (!). Ca papote sévère sur le bateau: tout le monde veut nous aider. Avant d’arriver, tout est callé, un mec nous amènera directement dans sa voiture. Et oui, c’est à ce moment là qu’on va se rendre compte de la générosité Polynésienne. Tout le monde se dit bonjour, tout le monde s’aide, même pour les touristes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
en route pour Tahaa

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

On nous dépose donc devant notre nouvelle maison pour 1 semaine. Elle est encastrée dans une vallée de cocotier. Pierre, notre hôte, qui sera Pierre 2 dans l’article, arrive 5min après notre arrivé, suivit de Charles, un ami à lui, rencontré en baroudant en Australie, et Sonia, qui avait rencontré Charles sur le bateau pour venir ici!!
Ah! Donc il y en a qui ont réussi à l’avoir ce ptin de bateau!!!? On passera le reste de l’après midi à papoter, sur nos métiers, nos voyages et notre vision de la vie. On s’entendait super bien, et c’est très rassurant quand tu sais que tu vas passer une semaine avec eux!

On apprend que Pierre et Léa on posé leurs affaires ici, depuis 6 mois, quand Léa a trouvé un job au complexe hôtelier de Tahaa. Maintenant, Pierre a trouvé un job à la distillerie de l’île, oui oui il y a du rhum de Tahaa! Très bon d’ailleurs!!  Mais il fabrique aussi de l’huile coco, du vinaigre, et la fameuse huile de tamanou, l’huile à tout faire!
Charles, lui, a rejoint Pierre pour quelques temps: il retrouve tous ces copains d Australie pour faire dédicacer son album photo souvenir.
Sonia est en tour du monde, comme nous, mais dans l’autre sens.
Et ils ont réussi à prendre le bateau eux! Bon ce n’était pas joué d’avance! Le capitaine leur a dit un non ferme, et c’est finalement au dernier moment qu’un matelot à ouvert la porte et leur a dit de grimper! Ouf! La traversée se fait de nuit et on dort sur le pont!
Le soir, on rencontre Léa, la copine de Pierre. Elle bosse à la boutique de perle de l’hôtel.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
la cuisine
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
le jardin
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
notre chambre
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
le salon

 

Le lendemain, on se met dessuite au boulot! Pierre2 a ramené plein de palettes. La palette, c’est l’outil de base ici! Sommier, étagère, récupération des clous… on garde tout et on recycle. Les précédent helper on déjà fait une table basse, un comptoir… nous, on décide de s’atteler à la salle de bain. Pendant que les filles récurent et enlèvent les moisissures dues à la permanente humidité, les hommes poncent, scient et créent un magnifique comptoir pr la salle de bain. Quelques étagère et le tour est joué.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
comptoir pour la salle de bain

On passe ensuite au plus inutile mais plus beau meuble: le dérouloir de papier toilette! Entièrement fait en palette poncée, c’est une petite merveille! On rêve tous de refaire la même à la maison!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
le dérouloir ahahahah

Dernier élément pour une salle de bain parfaite: un long étendoir fait avec une branche d’arbre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
bon ok, on voit pas grand chose

Sonia rajoute la petite touche déco avec cache bouteille en feuille de palmier et petit bouquet de fleur tropicale. Oui je peux dire que la salle de bain est comme réinventé! L’entente est bonne, un vrai travail d’équipe! Chacun partage son savoir. Je m’improvise designer d’objet! J’adore!

Pierre lui, aide aussi à essayer de récupérer le moteur du bateau récemment acquis par Pierre2, mais qui ne marche pas! Sa voiture aussi à quelque soucis. Pierre fera aussi de la mécanique. Quant à moi, je vais découvrir les joies du coupe fil. Ou tondeuse portative si vous voulez. Je m’équipe en conséquence: pantalon, chaussette, basket, t-shirt à manche. Il est 9h. Il fait déjà 32° degrés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
meuuuurt

Au début j’ai un peu peur puis à la fin, je me régale d’être le grand dieu de l’herbe: tu vies ou je te coupe la tête. Au bout d’ 1h30, je fais une pose : j’ai trop de goutes de sueur devant mes yeux! Le temps de prendre une douche, les proprios sont venus finir le boulot et ont passé 5h à tout déblayer dans le jardin.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
sympas le coupe fil

 

Le lendemain, c’est journée de pause! On a prévu de partir avec les voisins polynésiens sur leur motu privé. On est tout exités: une sortie en bateau, avec des locaux! On va même apprendre à pêcher le bénitier!
On part sur un petit bateau, piloté par les 2 jeunes frères. Ici on apprend à se débrouiller jeune! Il y a juste 3 palmiers sur le motu. Le tout est entouré de coraux. La couleur de l’eau est magnifique! Mais surtout, en face, on apperçoit le contour de l’île de Bora.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
arrivé sur le motu
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
on se prépare à pêcher le bénitier!

On plonge dessuite dans l’eau avec masques, tubas et… tourne vis!! Oui c’est comme ça qu’on décroche le coquillage. On passera plusieurs heures dans l’eau, avant de faire la dégustation

DCIM100GOPRO
Sonia et son premier Bénitier !

DCIM100GOPRODCIM100GOPRO

Oui oui, on enlève les mauvaise partie, un peu de citron et hop, on mange comme ça, cru. Et oui oui oui, j ‘ai gouté! Ben.. c’est… ouais c’est pas mal quoi… les jeunes frères eux, on carrément pêché au harpon ( je vous avez dit qu’ils savaient tout faire jeune) et ont ramené quelques poissons.

DCIM100GOPRODCIM100GOPRO

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Bora Bora

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA
On rentre de cette journée épuisés ( il ya toujours du courant dans l’eau) mais ravie!
Les jours suivants, on continue dans notre construction de meuble, table de chevet pour Léa, début de vaisselier, sonia plante plusieurs type de graine pour entretenir le potager. On arrive en manque de palette!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
table de chevet en palette
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
début de table ! avec notre garde-manger

 

On est vraiment une bonne équipe, chacun trouve rapidement des petits trucs à faire. Il y a juste le minimum dans la maison. On mange tout ce qui pousse dans le « jardin » (entendre par là la jungle apprivoisée!!). Manioc, coco, banane, haricot vers ça pousse de partout ici!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
oeuf mimosa !

 

Je m’essaie au tressage de feuille de palmier. C’est assez facile en fait ! Je réalise de nouveaux plateaux pour les fruits !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

L’avant dernier jour pour Sonia arrive, et sans vous raconter toute l’histoire, elle doit aller chercher son masque et tuba à l’autre bout de l’île, dans une vanilleraie. Comme nous n’avons pas de moyen de locomotion, il faut faire du stop. On décide d’y aller avec elle. On passera la journée à cette mission! Mais quelle journée! Les gens de Tahaa sont vraiment adorable : pas moins de 7 autostoppeurs pour le tour de l’île ! On a donc embarqué avec le Maire du village, avec une famille en vacance ici, on en  a profité pour acheter des oeufs avec eux chez un couple de français! On enchaîne les bènes et les 4×4! Beaucoup de voitures s’arrètent et nous dise  » ah mais je suis désolé, j’habite à 100mètre .. sinon je vous aurais amené! »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
en Stop!

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Au loin, c’est Huahiné

c’est vraiment hallucinant à quel point ils sont gentils. Même dans l’autre sens, ils s’arrêtent pour voir si tout va bien. C’est finalement une personne qui nous a pris en stop qui appellera le gérant de la vanilleraie pour venir nous chercher. Cool! 10min plus tard, en plus de récupérer les affaires de Sonia, on a droit a une visite et explication de la vanilleraie.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les plants de vanille
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
les gousses qui sèchent

Au top! Et comble de la gentillesse, sa fille nous ramènera jusqu’à chez nous, avec stop au super marché en prime!  On a donc pu visiter l’île grâce à la seule route et ses habitant hyper accueillants. Ça fait vraiment drôle de voir ça.
En rentrant, on tombe sur une voisine, en train de tendre un tissus. Humm?? Qu’est ce qu’elle fait? On s’arrête pour papoter avec elle. Elle s’apprête à peindre un paréo ! Trop de chance! On demande si on peut regarder. Bien sûr  » et vous pouvez même le faire » ! Wahou! Un de mes rêves polynésiens! Avec Sonia, on choisis nos formes : fleurs d’eucalyptus, de tiare, feuille de fougère.. on met un peu de tout.

DSC04579

 

Puis on fait le contour avec l’outil « secret » qui sert a ne pas faire dépasser la peinture. Puis, à l’aide d’une petite éponge, on peint chaque partie. C’est très long et il fait chaud. Mais on adore!

DSC04587DSC04589

 

Elle nous explique qu’avant, elle avait un petit atelier à Papeete. Ces paréos marchaient bien! Elle avait même des commandes pour des troupes de danses locales! Puis elle a arrêté son métier de prof de couture prenant le dessus. Maintenant à la retraite, elle peut s’y consacrer à nouveau. C’était génial de sa part de nous faire partager ça!

DSC04591

Et pour conclure cette journée, une bonne bouteille de vin blanc à la jetée, face au coucher de soleil derrière notre motu et Bora Bora … d’autres locaux se joingnent à nous, nagent ou pêchent. C’est un moment inoubliable et indescriptible…c’est simple, on est bien.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
nos voisins
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
couché de soleil sur le motu
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
et Bora Bora

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
ça pêche

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Pierre et Pierre
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
un p’tit verre

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

DSC04602DSC04600

C’est la dernière soirée pour Charles et Sonia, qui veulent prendre un bateau pour Bora dans la nuit.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
la fine équipe

Demain, 2 nouveaux helpers arrivent. Nous, on partira après demain. Finalement, le bateau ne passera pas, mais Charles et Sonia ont été renseigné par les locaux sur l’heure exacte de celui du lendemain. Un voisin passera même les prendre pour les amener. On sera donc nombreux pour notre dernière journée! Un autre couple tourdumondiste arrive.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Laurent et Alex, Les Free as Two Birds

On papote tous ensemble puis on va voir une ferme perlière. Hélas, tout le travail de greffe est fini… on ne peut pas voir grand chose. On part avec Pierre au seul point internet de l’île, a la distillerie de Pierre2. On goute son rhum…hum !!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
la distillerie
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
les rhums de Tahaa

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Le lendemain, Sonia et Charles sont partis, et nous aussi, nos sacs sont repackés. On reprend le petit bateau qui nous amènera à Raiatea. On y passera 3 jours.

Entre le jardin et le recyclage, Pierre et Léa n’achètent quasiment rien. Tout est détourné, recycler, réutilisé. C’est vraiment une belle leçon de vie. Pierre a adoré apprendre toutes ces choses. On aurait aimé rester plus longtemps, en apprendre d’avantage.

On a le coeur lourd en les quittant. On a découvert là bas une nouvelle manière de voir les choses, de consommer, de vivre… on s’était rapidement liés d’amitié avec les voisins autour. Entre partie de volley-ball le soir avec les locaux, peinture sur paréo, échange de banane en bord de route, pêche et coucher de soleil sur le ponton. Pas internet, pas de boutique, pas de touriste. Des gens simples, souriants, toujours prêt à aider. Juste la simplicité.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Pierre et Léa

Mais on a aussi envie de découvrir une nouvelle île! Raiatea, la grande soeur de Tahaa.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s